• OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OYO

CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE SUR LA CRÉATION DU

FONDS BLEU POUR LE BASSIN DU CONGO

Redéfinir les bases d’une économie collaborative associant exploitation
raisonnée des forêts et gestion durable des eaux des côtes maritimes,
du fleuve Congo et de ses affluents.

République-CongoFondation Brazzaville

LES OBJECTIFS DU FONDS BLEU ?

trait-jaune

L’initiative du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, portée lors de la COP 22 à Marrakech (Maroc) par le président du Congo Denis Sassou N’Guesso avec l’appui de la Fondation Brazzaville pour la paix et la préservation de l’environnement, a pour ambition de redéfinir les bases d’une économie collaborative associant exploitation raisonnée des forêts et gestion durable des eaux des côtes maritimes, du fleuve Congo et de ses affluents.

 

Le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo vise à renforcer l’approche écosystémique de gestion intégrée du massif forestier et des eaux du Bassin du Congo, zone géographique couverte qui comprend plusieurs bassins hydrographiques et d’importantes zones côtières.

 

La connaissance, l’utilisation durable et l’interaction des biodiversités terrestres, marines et côtières, ainsi que la préservation des ressources en eau et la promotion subséquente de l’économie bleue, nécessitent des actions concertées des pays riverains et la disponibilité de ressources financières suffisantes et adaptées pour soutenir des projets d’intérêt commun.

 

Dans cette perspective, les douze Etats membres du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo inviteront les partenaires techniques et financiers spécialisés dans les questions environnementales à s’associer à cette initiative.

LES PAYS PARTICIPANTS

trait-jaune

Le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo vise principalement à promouvoir « l’économie bleue » du Bassin du Congo, avec un principe de gestion communautaire et régionale qui implique douze pays – Angola, Burundi, Cameroun, République du Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Centrafrique, République démocratique du  Congo, Rwanda, Tanzanie, Tchad et Zambie -, pays dans lesquels seront développés des projets dans les secteurs clés de l’agriculture bio, l’écotourisme, l’artisanat traditionnel, l’énergie, avec l’objectif de renforcer les économies durables de la région et d’offrir une alternative à la déforestation.

drapeaux1

drapeaux2

LES THÉMATIQUES

trait-jaune

L’eau est à l’origine de la vie. Plus de 70 % de la surface du globe en est recouverte, la moitié de la population mondiale vit à moins de 60 kilomètres de la mer et les trois quarts des grandes villes sont situées sur les côtes. Les océans, les mers et les cours d’eau sont une source de richesses essentielle, qui procure des milliers de milliards de dollars (US) en biens et services. Les océans et les eaux continentales assurent subsistance et emplois à des millions de personnes.

 

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que le poisson apporte à 4,2 milliards d’individus plus de 15 % des protéines animales qu’ils consomment. Dans le commerce international, 90 % des marchandises sont transportées par la mer. Les océans jouent également un rôle essentiel dans la régulation du climat et des écosystèmes côtiers, tels les massifs de palétuviers dans les mangroves, les forêts de laminaires, les herbiers ou les marais salants, et ils permettent de stocker et de séquestrer le carbone de l’atmosphère.

 

En raison des effets du changement climatique et des mauvaises pratiques de pêche et d’utilisation des terres observés dans les écosystèmes aquatiques et côtiers situés dans la zone géographique comprise entre l’Océan Atlantique et l’Océan Indien, en passant par le Bassin du Congo et la Région des Grands Lacs, on observe une dégradation écologique accélérée de ces milieux, qui appelle des interventions urgentes. C’est pour faire face à cette situation hautement préoccupante que l’initiative du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo a été conçue.

 

Avec le soutien de la Présidence marocaine de la COP 22, la République du Congo, en partenariat avec la Fondation Brazzaville pour la Paix et la Préservation de l’Environnement, a présenté cette initiative à Marrakech, lors de la 22e session de la Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique. Celle-ci a été retenue par le Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat Africains, et le Président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, a été désigné pour promouvoir sa mise en œuvre.

Le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo s’inscrira dans le concept de l’économie bleue défini par la Commission Economique des Nations Unies (CEA) pour l’Afrique en ces termes :

« L’économie bleue concerne toutes les étendues d’eau, y compris les lacs, les cours d’eau et les nappes souterraines, sans oublier les mers et les côtes. Les principales branches de l’activité économique de l’Afrique basée sur les ressources marines et aquatiques sont aujourd’hui la pêche, l’aquaculture, le tourisme, les transports, le secteur portuaire, le secteur minier et le secteur de l’énergie. »

 

En cela, le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo doit jouer un rôle essentiel de promotion de l’économie bleue dans cette vaste région pour créer de la croissance économique, du développement durable et améliorer la qualité de vie des populations.

 

D’une manière spécifique, Le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo permettra de financer des projets concrets à forte valeur ajoutée socio-économique et environnementale, visant entre autres objectifs, à :

 

  • améliorer les voies de navigation intérieures par un entretien régulier, et aménager les ports secondaires ;
  • développer le système de suivi hydrométrique et météorologique ;
  • lutter contre les plantes flottantes et envahissantes ;
  • promouvoir les énergies renouvelables ;
  • renforcer l’irrigation en vue d’accroître la productivité des exploitations agricoles ;
  • développer la pêche durable, l’aquaculture, la surveillance et l’observation des zones de pêche ;
  • développer le traitement des eaux usées et améliorer l’approvisionnement en eau potable ;
  • développer des systèmes de gestion et de traitements des déchets solides déversés dans les cours d’eau et les océans ;
  • promouvoir le paiement pour services environnementaux basés sur la gestion durable des eaux ;
  • lutter contre les érosions ;
  • gérer et valoriser durablement les mangroves ;
  • promouvoir l’éco-tourisme ;
  • promouvoir les mécanismes de veille sanitaire et environnementale ainsi que la surveillance épidémiologique ;
  • améliorer la connaissance du milieu marin, des eaux continentales et de la biodiversité des écosystèmes respectifs.

Les bassins hydrographiques qui couvrent les Etats concernés par le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo forment un réseau très dense dont les principaux sont :

 

  • Le bassin du fleuve Congo

Il s’organise autour du fleuve Congo, long d’environ 4 700 km avec un débit moyen annuel de 41 000 m3/s, ses affluents dont les principaux sont l’Oubangui (1 060 km avec un débit de 11 000 m3/s à Bangui), la Sangha (790 km ; 1 714 m3/s à Ouesso) et le Kasaï (2 153 km ; 9 873 m3/s) et le lac Tanganyika considéré comme le deuxième plus profond et plus important lac en volume d’eau douce du monde. Le bassin hydrographique du Congo  s’étend sur la République du Congo, le Cameroun, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo, l’Angola, le Rwanda, le Burundi, la Tanzanie et la Zambie (Cf. figure 1).

 

  • Le bassin de l’Ogooué

Le bassin de l’Ogooué, qui prend sa source aux environs de Zanaga, en République du Congo, est le plus vaste réseau fluvial de la République Gabonaise. Il s’organise autour du fleuve Ogooué long d’environ 1 000 km, avec un débit moyen annuel de 4 689 m3/s et ses principaux affluents la Lolo et l’Ivindo.

 

  • Le bassin du Kouilou-Niari

Entièrement situé en république du Congo, le bassin du Kouilou-Niari s’organise autour du fleuve Kouilou-Niari long d’environ 560 km, avec un débit moyen annuel de 856 m3/s et ses principaux affluents la Bouenza, la Loudima et la Louessé.

 

  • Le bassin de la Sanaga

La Sanaga, avec 920 km de long, est le plus important cours d’eau du Cameroun. Elle draine un bassin versant d’environ 140 000 km2. Son principal affluent est le Mbam.

 

  • Le bassin du fleuve Campo

Le cours d’eau principal du bassin du fleuve Campo ou Ntem, long de 460 km, prend sa source dans la province gabonaise du Woleu-Ntem et se jette dans l’Océan Atlantique au Cameroun. Ce bassin couvre une superficie de 31 000 km2 et constitue une frontière naturelle à l’est entre la République Gabonaise et la Guinée Equatoriale.

 

  • Le bassin de Mbini

Il constitue le principal bassin de la Guinée Equatoriale. Le fleuve Mbini qui a sa source en territoire gabonais est long de 338 km.

 

  • Le bassin du Cuanza

Son principal cours d’eau, le Rio Cuanza, est le plus long de l’Angola, avec 1 500 km. Il appartient au versant Atlantique.

 

  • Le bassin de Cunene

Le Rio Cunene, à la frontière de l’Angola avec la Namibie, long de 1 050 km, est le cours d’eau principal de ce bassin. Il fait également partie des fleuves angolais du versant Atlantique.

 

  • Le lac Tanganyika et la rivière Malagarasi

Considéré comme le deuxième plus profond (1 400 m) et plus important lac en volume d’eau douce du monde, le lac Tanganyika se partage sur les territoires de la RDC, de la Tanzanie, de la Zambie et du Burundi. Il est principalement alimenté par le bassin du Malagarasi et envoie ses eaux dans le fleuve Congo par la Lukuga, son émissaire. Le lac Tanganyika héberge 325 espèces de poissons, dont 250 espèces de Cichlidés, pour la plupart endémiques.

bassin

Figure 1 : carte du réseau hydrographique du Bassin du Congo
(source : Teugels et Guégan, 1994)

 

Ang : Angola, Bur : Burundi, Cam : Cameroun, Gab : République Gabonaise, Gui : Guinée Equatoriale, RC : République du Congo, RCA : République Centrafricaine, RDC : République Démocratique du Congo, Rw : Rwanda, Tan : Tanzanie, Zam : Zambie.

Le Bassin du Congo concentre l’un des plus impressionnants écosystèmes du monde. Deuxième massif forestier de la planète, second réservoir de carbone après l’Amazonie, sa préservation représente un enjeu primordial et essentiel dans la réduction des effets du changement climatique. Au-delà de ses richesses végétales et fauniques, ses immenses ressources en eau ouvrent des perspectives économiques, sociales et environnementales majeures pour la région.

 

Une vaste campagne de sensibilisation sera lancée auprès des populations locales, en partenariat avec les pays participants, dans le but de donner une place importante à l’initiative du Fonds Bleu, la première du genre en matière de politique environnementale en Afrique. Avec le soutien de la communauté internationale, le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo ambitionne de devenir une référence en matière de politique environnementale en Afrique.

AGENDA CONFÉRENCE

trait-jaune

LES 8 ET 9 MARS 2017 – OYO – RÉPUBLIQUE DU CONGO
ALIMA PALACE

9h00 -

Allocution de bienvenue du Maire d’Oyo, Jean-Marie Ewengué

9h00 -

9h00

-

Allocution d’ouverture de Madame Rosalie Matondo, ministre en charge de l’Économie forestière, du Développement durable et de l'Environnement

-

-

Mise en place du Présidium des travaux

-

10h30 -

Examen et adoption de la note de présentation du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo

10h30 -

10h30

11h30 -

Examen et adoption du mémorandum d’accord de création du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo

11h30 -

11h30

15h00 -

Discours d’ouverture du segment ministériel

15h00 -

15h00

15h45 -

Mise en place du bureau des travaux

15h45 -

15h45

16h00 -

Adoption du Mémorandum d’accord

16h00 -

16h00

17h00 -

Adoption de la déclaration d’Oyo sur le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo

17h00 -

17h00

9h00 -

Projection du film « Ensemble, créons les conditions du développement durable »

9h00 -

9h00

9h15 -

Discours de Madame Rosalie Matondo, Ministre en charge de l’Economie forestière, du Développement durable et de l’Environnement

9h15 -

9h15

10h00 -

Signature du Mémorandum d’Accord

10h00 -

10h00

-

Déclaration de Monsieur Salaheddine Mezouar, Ministres des Affaires étrangères et de la Coopération du Royaume du Maroc et président de la Cop 22

-

-

Déclaration de la Fondation Brazzaville pour la paix et la préservation de l’environnement

-

-

Discours de Son Excellence Denis Sassou N’Guesso, Président de la République du Congo

-

11h00 -

Animation culturelle

11h00 -

11h00

CONTACT

trait-jaune

INFORMATION

Les 8 et 9 mars 2017
Hôtel Alima Palace Pefaco – Oyo

COMMUNICATION

Logo adiac

ADIAC Communication

communication@fondsbleubassinducongo.org
Tél : +242 06 951 0773 – Tél : +242 05 629 1317

AVEC LA PARTICIPATION DE

ceeaccomifac2

HotelPefaco